Site officiel de l'école
www.eps-saintghislain.be

foto1

Maintenance hardware

foto1

Maintenance software

foto1

Systèmes d'exploitation

foto1

Publication Assistée par Ordinateur

foto1

Technologie des réseaux



Formation qualifiante

La formation de Technicien en informatique débouche sur l'obtention d'un diplôme.

Lire la suite

Débouchés nombreux

La demande de techniciens en informatique est importante, les débouchés sont nombreux.

Lire la suite

Panel de cours

Un très large panel de cours pour vous préparer à votre future fonction.

Lire la suite

Théorie & pratique

La théorie est nécessaire et la pratique indispensable.

Lire la suite

Connexion

Web surfacique – Web visible – Web indexable
Désigne la partie du World Wide Web indexable et accessible par les robots d’indexation des moteurs de recherche généralistes comme Google, Yahoo!, Exalead, …

Les moteurs d’indexation sont des programmes utilisés par les moteurs de recherche. Ils suivent les hyperliens pour découvrir de nouvelles pages.

 


Web profond – Deep web – Web invisible – Web caché
Désigne la partie de la toile accessible en ligne mais non indexée par les moteurs de recherche classiques (Google, Yahoo!, …) mais accessibles via certains moteurs comme BASE (www.base-search.web).

Le Deep web représente entre 70% et 75% du web.

Qu’est-ce qui fait qu’un site (ou certaines de ses pages) ne soit pas indexé ?

  • les moteurs classiques n’indexent qu’une partie des sites trop volumineux
  • les sites nécessitant une authentification
  • les sites contiennent de plus en plus de pages dynamiques (pages qui varient en fonction d’informations comme l’heure, l’utilisateur, …) où les hyperliens sont générés « à la demande » et différents d’une visite à l’autre
  • les pages peuvent être conçues avec des éléments difficiles à indexer (frameset => ensemble de cadres qui contiennent chacune un document html)
  • l’utilisation de JavaScript, mal compris voire incompris par les robots d’indexation
  • des formats de données non compréhensibles par les moteurs (PDF et fichiers Office mal gérés pendant longtemps). Le seul format réellement (et nativement) reconnu étant le HTML


Web opaque
Une grande partie du web est théoriquement ‘indexable’ mais non indexée, on parle alors de Web opaque (ou presque visible – Nearly Visible Web).
Le web profond et le web opaque sont tous les deux accessibles en ligne aux internautes et non indexés, mais le web opaque pourrait être indexé (avec des moteurs plus puissants, plus précis, …).


Web privé
L’administrateur d’un site peut volontairement interdire l’indexation de certaines pages alors qu’elles seront toujours accessibles aux internautes. Il le fera via, par exemple, le fichier robots.txt à la racine de son site. On parle alors de web privé.


Web propriétaire
Désigne les pages où il est nécessaire de s’identifier pour accéder au contenu.


Darknet
Il s’agit d’un réseau superposé (overlay), càd un réseau informatique bâti sur un autre réseau, qui utilise des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymisation.

On ne parle pas d’un darknet, mais des darknets, des « réseaux privés anonymes construits entre pairs de confiance ». Ce type de réseau peut être mis en place à l’aide de logiciels comme Freenet, Retroshare ou GNUnet et sert le plus souvent au partage de fichiers et à la communication.


TOR
Il s’agit d’un réseau d’anonymisation. Tor (The Onion Router) fait transiter le trafic par plusieurs nœuds, comme à travers les couches d’un oignon, de façon à ce qu’à la sortie, on ne sache pas en déterminer l’origine.

L’accès aux services cachés n’est qu’un usage de Tor, on peut tout aussi bien consulter son courrier, faire de la messagerie instantanée ou surfer sur le web « visible ».

Sur Tor on trouve : des militants, des lanceurs d’alerte, des journalistes (Reporters sans frontières avec le kit de survie numérique => http://www.wefightcensorship.org/fr/online-survival-kithtml.html), des blogueurs, des militaires, des policiers, des citoyens ‘lambda’ plus soucieux de vie privée que la moyenne et, bien entendu, des criminels :

  • Wikileaks (publication de documents politiques, sociaux, … à l’attention des lanceurs d’alerte, pour générer des fuites d’information tout en protégeant les sources (comme pour des documents relatifs à la corruption, à l’espionnage, aux violations des droits de l’homme, …)
  • Faux passeports
  • Location des services d’un blackhat
  • Assassination market
  • Vente d ‘armes
  • The Silk Road ( eBay de la drogue)


Bitcoin
Sur le darknet (anonymat oblige), la monnaie utilisée est le bitcoin (devise numérique). Cette monnaie commence à être reconnue par des organismes (Banque Centrale) et des pays (Allemagne). Les usages se démocratisent, de l’achat de matériel électronique à la commande d’une pizza, des frais universitaires (Chypre) aux voyages dans l’espace (Richard Branson – Virgin).

Un bitcoin (actuellement) vaut plus ou moins 730 Euros.

Sur le darkweb, on y trouve donc le meilleur comme le pire.
Le trafic d’armes, le blanchiment d’argent ou la pédophilie ne sont pas des problèmes du darknet mais des problèmes sociaux.

Source : Wikipédia

Attention, remise des rapports de stage et TFE pour le samedi 17 mai au plus tard.